08/01/2021 stephanerobert

Spleen accablé

je marchais dans le quartier
une autre tentative pour calmer ce spleen
qui m’accable ces jours-ci
je ne sais pas nager,
mais je flotte dans sa bile noire

tout comme toi,
il ne se calme pas
hyperactif et lâche
vous me causez des ennuis

toi tu ne m’as jamais relâché
je croyais qu’on n’était plus rien
puis tu revenais aussi vite
je t’emmerdais, je te tapais sur les nerfs
puis tu revenais aussi vite
je t’avais même frappé pour me défendre
puis t’est quand même revenu

t’es comme une crisse de mauvaise grippe
t’est là, et tu ne pars pas
t’es là, et je suis misérable
t’es là, je m’habitue
t’es là, j’ai mal — partout

mais là
j’espère que restera au loin
au cas où je ne pourrais m’empêcher
de t’inviter et que tu finisses par
re-venir chez/sur moi

éventuellement
tu partiras pour de vrai
comme un fantôme
je ne te reverrai plus,
mais j’aurais toujours
ces frissons ici et là
ils me rappellent par où tu es venu